Home
 
22 Sep
Posté par Caroline
   
Comments Off
 

Chaque plante possède des exigences de vie qui lui sont propres, acquises au fil de son évolution. Si vous ne les respectez pas, votre plante risque d’en souffrir et de devenir plus vulnérable face aux maladies.

Une des règles principales du jardinage écologique consiste à choisir des végétaux adaptés selon le type de sol où ils seront plantés. Un bon diagnostic est donc essentiel pour identifier les contraintes à prendre en compte.

L’importance de l’acidité

L’acidité correspond à la quantité d’hydrogène présente dans le sol. Un sol acide contient moins de sels minéraux nutritifs nécessaires aux plantes. En revanche, un sol non acide, dit basique, contient en général trop de calcaire, au détriment des éléments nutritifs assimilables par les plantes.

Que le sol soit acide ou basique, seule une minorité de plantes cultivées supportent cela. La plupart des plantes apprécient un pH (unité de mesure de l’acidité) compris entre 6 et 7 (7 = neutre).

Sol argileux humide ou drainant

Un sol argileux n’est pas contraignant, excepté s’il est humide en permanence. En effet, l’eau stagnante s’oppose au développement des racines : celles-ci sont asphyxiées.

Si vous disposez  d’un jardin d’ornement, l’humidité du sol peut être un atout. En effet, certaines plantes vivaces, les arbustes et les arbres supportent très bien cette humidité.

Généralement, la plupart des fruits, légumes et plantes de lumière préfèrent un sol drainant.

Sol sec en été ou frais

Le besoin en eau est un paramètre fondamental pour toutes les plantes, de plus en plus contraignant. Ce besoin est lié au climat, mais aussi à la nature du sol. Un sol profond et argileux rient plus d’eau qu’un sol superficiel et sableux.

Certaines plantes auront besoin d’une bonne alimentation en eau en été tandis que d’autres s’accommoderont d’un sol superficiel et desséchant.

Au soleil ou à l’ombre

Certaines plantes ne vivent bien qu’au soleil et dépérissent peu à peu à l’ombre. Certaines sont plus vulnérables aux maladies lorsqu’elles sont placées à l’ombre, même légère. Tel est le cas pour les rosiers : ceux-ci sont moins atteints par les maladies au soleil qu’à l’ombre.

Il faut également penser à l’évolution des végétaux les uns par rapport aux autres. En grandissant, certains peuvent faire de l’ombre aux plus petits et ainsi les mettre en danger.

Categorie: Actualité, Conseils jardinages Tag:
 
15 Sep
Posté par Caroline
   
Comments Off
 

L’entretien du barbecue dépend bien entendu du type de barbecue que vous possédez. Cependant, cet entretien a tout de même des points communs : il est important de toujours nettoyer votre barbecue en profondeur, aussi bien en début qu’en fin de saison.

Nous vous donnons quelques conseils pour que votre barbecue dispose d’une longue durée de vie.

Nettoyer la grille

La grille doit impérativement être nettoyée après chaque utilisation. En effet, enlever les traces de graisses brûlées évitera à votre viande d’avoir un goût différent lors des prochaines cuissons.

Pour nettoyer votre grille de barbecue, inutile d’investir dans de nombreux produits ménagers. Utilisez une brosse métallique pour rendre votre grille comme neuve après chaque utilisation. Evidemment, de l’huile de coude sera nécessaire !

Astuce : une grille légèrement chaude sera plus simple à nettoyer qu’une grille froide car les graisses n’auront pas eu le temps de s’y accrocher.

L’entretien courant, pour une plus grande longévité

Mieux vaut un entretien après chaque utilisation plutôt qu’un entretien de temps en temps. Ainsi, votre barbecue sera moins endommagé et sera plus facile à nettoyer. Vous n’en serez que gagnant !

Tout d’abord, la meilleure des protections est de ranger votre barbecue à l’abri l’hiver. L’été, pensez à le couvrir entre deux utilisations.

Avant et après chaque utilisation, votre barbecue doit être nettoyé et remis en état.

Si vous disposez d’un barbecue au gaz, veillez à vérifier l’état des brûleurs et des tuyaux lors de sa mise en route après l’hiver.

Concernant le barbecue au charbon de bois, il dispose d’une cuve pouvant être repeinte. Ceci peut être utile en cas de coups ou de perte d’éclat. Si vous souhaitez le repeindre, faites-le avec une peinture spéciale haute température. Ensuite, attendez 48h après la dernière couche avant de faire votre première grillade.

Videz les cendres de votre barbecue 24h après chaque utilisation. En effet, les braises continuent d’être actives durant ce délai. Cela rendra plus simple la prochaine utilisation.

Pour prolonger la durée de vie de votre barbecue, pensez à remplacer les pièces défectueuses ou rouillées au fur et à mesure. Ceci vous évitera l’achat inutile d’un nouveau barbecue.

Ne pas oublier les accessoires

En plus de votre barbecue, il est très important de nettoyer minutieusement chaque accessoire après les avoir utilisés. Les règles d’hygiène pour l’alimentation sont primordiales.

Pour ce faire, vous pouvez laisser tremper vos ustensiles dans l’eau savonneuse. Si les graisses sont très incrustées, n’hésitez pas à utiliser un nettoyant pour four et à frotter avec une brosse.

Il est important de nettoyer correctement votre barbecue ainsi que les ustensiles afin d’éviter que les goûts des aliments soient modifiés ou que votre santé soit affectée à long terme.

En résumé, entretenir régulièrement votre barbecue et ses accessoires pour éviter d’avoir recours à des nettoyages difficiles.

Découvrez tous nos barbecues sur notre site Dedansdehors.fr.

Categorie: Actualité Tag:
 
8 Sep
Posté par Caroline
   
Comments Off
 

Un jardin au naturel est un jardin respectueux de l’environnement ainsi que de la nature. Pour ce faire, il suit le rythme de la faune et de la flore.

Alors, comment faire pour avoir un jardin au naturel ? C’est très simple, quelques gestes suffisent. Respectez le principe de rotation des cultures afin de ne pas épuiser le sol, protégez et enrichissez la terre de façon naturelle grâce au paillage et au compost, accueillez les petites bêtes en leur laissant un petit coin sauvage, etc. Autant de choses à la portée de tous !

Les paillages pour couvrir et nourrir le sol

Le paillage permet de protéger le sol ainsi que les végétaux. Il est composé de déchets naturels recyclés et limite le développement des mauvaises herbes. Il permet également d’empêcher l’eau de s’évaporer trop rapidement.

Lorsque le paillage se décompose, il libère des éléments nutritifs indispensables pour vos plantes. Le paillage vous permettra de réduire les travaux de jardinage ainsi que les coûts.

Selon le type de sol et selon ses besoins, vous pouvez choisir des tontes de gazon riches en azote pour nourrir votre potager ou encore de la paille pour les terrains sableux. Choisissez et adaptez les matériaux selon votre sol.

Le paillage doit être installé sur une terre travaillée et désherbée. Il doit être étalé au pied des végétaux excepté pour ceux craignant l’humidité.

Très pratique, le paillage peut également permettre de décorer votre jardin. Ecorces de fèves de cacao, copeaux de bois proposés en différents coloris, paillis de lin : misez sur cet élément décoratif !

Réalisez votre propre engrais naturel !

Pour nourrir le sol de façon naturelle, vous pouvez réaliser du compost. Le but est de réduire au maximum la quantité de déchets et de recycler tout ce qui peut l’être. Récupérez les épluchures, le carton, les végétaux fanés, les déchets de tailles, les tontes de gazon, etc. Pour réaliser un bon compost, lisez notre article en cliquant ici.

Afin d’obtenir un compost équilibré, récupérez une quantité équivalente de déchets verts, riches en azote et en humidité, et de déchets bruns, contenant du carbone. Ensuite, après avoir vérifié l’état des végétaux, broyez tous les éléments.

Dans le bac à compost, alternez des couches de 20cm de déchets verts et de déchets bruns. Pour favoriser la décomposition, veillez à bien aérer le tas.

Pas encore de bac à compost chez vous ? Découvrez-les vite sur notre site Dedansdehors.fr.

Categorie: Actualité, Conseils jardinages Tag:
 
31 Aug
Posté par Caroline
   
Comments Off
 

Traditionnellement, les cheminées mexicaines en argile étaient utilisées pour faire cuire les aliments et pour se chauffer. Depuis quelques années, elles sont utilisées pour chauffer les terrasses.

Décoratives et conviviales, les cheminées mexicaines sont originales et disposent de nombreux avantages. Cependant, l’utilisation de ces cheminées implique de respecter quelques règles.

1ère étape

Une cheminée mexicaine doit obligatoirement être installée à l’extérieur, ou dans un patio à ciel ouvert. Ne la placez pas près des arbres et des feuillages et maintenez-la à une certaine distance des murs.

2ème étape

Placez votre cheminée sur un sol stable et dur afin que le foyer soit stable. En cas de choc, l’argile peut se fissurer rapidement.  Evitez donc de poser votre cheminée sur du sable par exemple et assurez-vous qu’elle ne puisse pas tomber en cas de vent. Le revêtement qui accueillera la cheminée doit également supporter la chaleur. Evitez donc la pelouse ou encore le bois.

3ème étape

Afin d’éviter que le feu ne soit en contact direct avec l’argile, mettez du sable, du gravier ou encore de la roche de lave dans le fond du foyer. De plus, si votre cheminée mexicaine est vendue sans trépied, veillez à la surélever par rapport au sol à l’aide de briques ou de parpaings, par exemple.

4ème étape

Ensuite, allumez votre cheminée à l’aide de papier et de petit bois et ajoutez-y une ou deux bûches. Attention à ne jamais en mettre plus de deux. La cheminée est faite pour chauffer progressivement afin de ne pas s’abîmer. De grandes flambées ne sont pas recommandées.

5ème étape

Ne jamais toucher la cheminée mexicaine lorsqu’elle fonctionne. De plus, ne jamais l’éteindre avec de l’eau.

6ème étape

Pour protéger votre cheminée mexicaine des intempéries, couvrez-la avec une bâche. Votre cheminée ne doit jamais être utilisée lorsqu’elle est humide. En hiver, rentrez votre cheminée mexicaine afin d’éviter que le gel ne fende l’argile.

7ème étape

Pour protéger votre cheminée, vous pouvez acheter un enduit et l’appliquer une à deux fois par an en suivant les instructions présentes sur l’étiquette.

Astuces et mises en garde

Avant d’allumer votre cheminée, vérifiez qu’elle soit bien sèche afin qu’elle ne se fende pas. Vous pouvez également décorer votre cheminée mexicaine afin de la personnaliser avec de la peinture.

N’utilisez pas de produits chimiques pour allumer le feu de votre cheminée.

Utilisez des gants pour éviter les brûlures.

Pour maintenir votre cheminée, n’utilisez pas un trépied en bois.

Venez vite découvrir toutes nos cheminées mexicaines sur notre site Dedansdehors.fr.

Categorie: Actualité Tag:
 
25 Aug
Posté par Caroline
   
Comments Off
 

Vous avez pour projet d’acquérir un abri de jardin pour organiser votre espace extérieur ou pour y stocker votre salon de jardin en plus du barbecue ? Avant tout, réfléchissez à l’emplacement idéal pour votre futur abri.

L’usage de l’abri de jardin

Tout d’abord, le choix de l’emplacement de l’abri de jardin dépend surtout de l’usage que vous en aurez. Votre abri peut être utilisé pour :

-          remiser vos outils de jardin près de votre potager, à l’abri des regards

-          stocker votre bois ou ranger vos vélos près de la maison ou du garage

-          une pièce à vivre, proche de la maison.

Evaluer le terrain

Veillez à connaître les dimensions de votre abri de jardin ainsi que de celles du terrain sur lequel vous prévoyez de l’installer. En effet, la stabilité du terrain est importante et l’installation en dépend.

Concernant votre terrain, posez-vous les questions suivantes :

-          est-il stabilisé ?

-          présente-t-il une déclivité ?

-          le sol est-il argileux ou sableux ?

-          est-il suffisamment solide pour recevoir un abri de jardin ?

Prenez le temps de la réflexion. En effet, un abri installé sur un terrain non stabilisé peut subir de fâcheuses conséquences. Pour tout type d’abri de jardin, couler une dalle de béton au préalable est recommandé.

Et les clôtures ?

Des dispositions d’urbanisme sont à respecter lorsque vous montez votre abri de jardin. Nous vous conseillons de vous renseigner auprès de votre mairie concernant les règles à respecter. Nous vous en disons plus concernant la législation des abris de jardin dans notre article.

Les contraintes techniques

Si vous souhaitez faire de votre abri de jardin une véritable pièce de vie alimentée en eau et en électricité, pensez au coût et à l’ampleur des travaux que peuvent représenter les raccordements électriques, l’arrivée d’eau et l’évacuation.

Pensez donc à installer votre abri de jardin à un endroit permettant ces travaux tout en limitant leur coût et en réduisant au maximum la longueur des canalisations.

Optimiser l’utilisation de l’abri de jardin

Lorsque vous montez votre abri de jardin, veillez à ce que rien ne puisse gêner l’accès à la porte d’entrée. Il doit être possible de circuler librement autour de l’abri, ainsi qu’à l’intérieur de celui-ci. Pensez donc à organiser l’espace intérieur afin de gagner un maximum de place.

Si vous souhaitez ranger du matériel encombrant dans votre abri, l’accès doit pouvoir se faire facilement. Vous devez être capable de circuler autour de vos affaires sans contrainte.

Si vous désirez y ranger vos outils, un petit chemin suffira.

Si votre abri contient des objets coupants ou dangereux, veillez à toujours le fermer à clé si vous avez des enfants afin d’éviter tout problème.

Attention au vent !

Dernier point, votre abri doit être correctement orienté en fonction du vent et du soleil. Selon l’orientation, l’abri de jardin peut être :

-          plus ou moins lumineux. L’exposition au soleil est en général recherchée. Si vous voulez bénéficier de l’énergie solaire, ne l’orientez pas au nord.

-          Plus ou moins exposé au vent. Faites attention aux bourrasques qui pourraient fragiliser la construction de votre abri.

-          abrité, si celui-ci est adossé à votre maison.

Categorie: Actualité Tag:
 
18 Aug
Posté par Caroline
   
Comments Off
 

Votre pelouse n’est pas uniforme ? Elle présente des zones clairsemées ? Ne refaites pas tout le gazon ! Vous pouvez tout simplement regarnir la pelouse avec un mélange de semences spéciales (de regarnissage, de réparation ou rénovateur). On vous en dit plus !

Etape 1 : tondre la pelouse

La pelouse endommagée doit être tondue le plus court possible. L’opération doit être effectuée sur gazon sec et par temps non pluvieux. Si le temps a été pluvieux, patientez quelques jours.

Etape 2 : griffer la zone à regarnir

A l’aide d’une griffe à main ou d’un râteau, retirez les mauvaises herbes et ameublissez le sol sur les premiers centimètres de profondeur.

Etape 3 : épandre un mélange de regarnissage

Les mélanges de garnissage, qu’ils soient rénovateurs, réparateurs ou de regarnissage, contiennent :

-          les semences de gazon

-          de l’engrais riche en azote pour favoriser le développement des feuilles

-          un support végétal (fibre de coco par exemple) permettant à votre pelouse la possibilité de s’installer n’importe où.

Ces mélanges, faciles à épandre, assurent une bonne répartition des graines.

Etape 4 : passer le rouleau

Passez le rouleau pour mettre les graines et la terre en contact. Vous pouvez également tasser la terre avec le dos d’un râteau.

Etape 5 : arroser

Réglez votre tuyau d’arrosage pour arroser en pluie fine. Vous pouvez également utiliser le pommeau de votre arrosoir. Veillez à arroser tous les jours, s’il ne pleut pas. En effet, la terre doit rester humide jusqu’à la germination des graines.

De plus, pour une pelouse bien entretenue, pensez à vous procurer les meilleurs outils de jardinage sur notre site Dedansdehors.fr !

Categorie: Actualité, Conseils jardinages Tag:
 
11 Aug
Posté par Caroline
   
Comments Off
 

Votre plante n’est plus en parfait état ? Ses feuilles comportent des tâches ? Vous y avez repéré des petits insectes ? Une poudre blanche recouvre la base de la tige ? Votre plante est sûrement malade et a besoin d’être traitée. Voici quelques conseils pour avoir les bons gestes et bien agir.

Etablir un diagnostic

1ère étape : le diagnostic. Avant de pouvoir agir, il est essentiel de comprendre les réels problèmes que votre plante rencontre et déterminer si un traitement s’impose.

Généralement, le dépérissement de la plante est simplement dû à une erreur de culture. Celle-ci souffre alors d’un manque de lumière, de déshydratation, des températures trop élevées ou au contraire, trop fraîches. L’étiquette de la plante peut déjà vous permettre d’en savoir plus sur ce qui a été correctement fait ou non.

Un bon diagnostic est donc indispensable. Examinez chaque partie de votre plante afin de déterminer les symptômes : les pucerons sont généralement près des nervures principales des feuilles et sur les tiges tandis que les champignons ont tendance à envahir les feuilles, les fruits, les branches et la terre.

Quels traitements ?

Tout d’abord, il faut vous demander si un traitement est nécessaire. Si l’attaque est minime, une méthode plus douce peut être mise en place tel que le piégeage (appâts, bandes gluantes, etc.) ou le recours aux insectes auxiliaires qui sont les prédateurs naturels des nuisibles.

Dans le cas contraire, si la vie de votre plante est menacée, choisissez un traitement spécifique, à savoir un seul principe actif (fongicide, acaride, insecticide, etc.).

Biologique ou chimique ?

Une fois le diagnostic fait et l’origine du problème trouvée, il ne vous reste plus qu’à choisir le traitement. Un choix s’impose alors : traitement biologique ou chimique ? Ils ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients.

Le traitement chimique implique de respecter un délai avant la récolte des fruits et légumes. En effet, les produits chimiques ont la particularité d’être persistants et sont donc efficaces contre les maladies. Cependant, ils représentent un inconvénient pour l’environnement. Le principe actif est lent à se dégrader et a tendance à rester dans l’air, l’eau et le sol, intoxiquant alors la flore et la faune. De plus, une utilisation fréquente engendre des souches résistantes qui rendent alors le principe actif inefficace face aux nuisibles.

Les produits biologiques sont, eux, biodégradables. Ainsi, il vous sera possible de manger vos fruits et légumes quelques jours seulement après le traitement. Seul inconvénient : le traitement est à renouveler régulièrement.

Quelques précautions

Que le traitement soit chimique ou biologique, les produits doivent être manipulés avec précaution. Les conditions d’utilisation sont généralement indiquées sur l’emballage du traitement. Lisez-les attentivement et veillez à respecter les quantités. Une surdose de produit pourrait en effet se révéler néfaste pour votre plante.

De préférence, traitez vos plantes par temps couvert mais non pluvieux. Evitez également de les traiter s’il y a du vent, si la température est supérieure à 20°C ou par temps ensoleillé. Privilégiez le matin ou le soir, à savoir les heures fraîches, afin de ne pas déranger les insectes pollinisateurs.

Lors du traitement de vos plantes, pensez à vous protéger en portant des gants, des vêtements imperméables et des lunettes afin d’éviter tout contact avec la peau et les yeux. N’hésitez pas également à vous équiper d’une protection respiratoire afin de ne pas inhaler le produit. Les protections et le matériel employé sont réservés à cet usage.

Ne jetez pas les eaux de rinçage et vos produits dans un évier ou un cours d’eau. Renseignez-vous auprès de votre mairie afin de connaître la marche à suivre.

Mieux vaut prévenir que guérir

Gardez en tête qu’une plante bien entretenue est plus résistante aux maladies. Apportez-lui engrais, soleil, eau. Taillez-la si nécessaire, protégez-la du froid. Prenez-en grand soin afin d’éviter d’avoir recours à des traitements.

Categorie: Actualité, Conseils jardinages Tag:
 
4 Aug
Posté par Caroline
   
Comments Off
 

Les salons de jardin en résine tressée remplacent de plus en plus les traditionnels salons en bois dans nos jardins. Contemporains, exotiques ou encore de style colonial, il en existe pour tous les goûts, mais aussi pour tous les budgets !

La résine tressée

La résine tressée permet de remplacer le traditionnel rotin. Résistant et facile d’entretien, la résine tressée peut se mêler au teck, à l’aluminium ou encore à la céramique dans le mobilier très haut de gamme.

Contemporains, les salons de jardin en résine tressée atteignent généralement des prix proches de ceux en teck. Cependant, des salons plus simples existent et sont plus accessibles.

Pourquoi choisir un salon de jardin en résine tressée ?

Le salon de jardin est avant tout un lieu de détente au jardin, sur la terrasse ou sur le balcon. Aujourd’hui, le jardin devient de plus en plus une pièce à part entière de la maison. Il est de plus en plus aménagé avec soin. La résine tressée permet au jardin d’avoir une décoration contemporaine et soignée.

La résine devient incontournable et s’impose dans nos jardins grâce aux nombreux avantages qu’elle offre :

-          Robustesse face aux intempéries, aussi bien en été qu’en hiver

-          Résistance aux rayons ultraviolets

-          Peu d’entretien

-          Idéal en bord de mer : ne craint ni les embruns, ni les crèmes solaires, ni les produits de traitement de l’eau

-          Conserve sa couleur de nombreuses années

-          Léger et facile à déplacer

-          Pour tous les budgets

-          Pour tous les goûts : des plus classiques aux plus contemporains.

Comment l’entretenir ?

L’entretien du mobilier de jardin en résine tressée est quasi inexistant.

Cependant, voici quelques conseils pratiques pour le garder en parfait état :

-          Evitez d’utiliser des produits abrasifs

-          Evitez d’utiliser de la Javel

-          Utilisez une éponge non abrasive

-          Utilisez du produit spécial résine

-          Utiliser de l’eau chaude avec du savon

-          Laissez sécher au soleil.

Conseil

Le contact direct avec la résine tressée n’est pas forcément agréable. Choisissez donc un salon de jardin avec coussins pour plus de confort !

Categorie: Actualité Tag:
 
28 Jul
Posté par Caroline
   
Comments Off
 

Tondre votre pelouse vous ennuie et vous aimeriez passer votre temps à faire autre chose ? Désormais, sachez qu’avoir un jardin bien entretenu sans faire le moindre effort est possible ! Pour ce faire, confiez la tonte de votre pelouse à un robot spécialement conçu à cet effet.

Tondeuse intelligente

Le robot tondeuse peut faire penser à un mouton à roulettes : il se déplace seul et tond la pelouse en toute autonomie. Equipé d’une batterie et d’une carte mémoire, le robot tondeuse peut être relié par un fil faiblement enterré dans le sol ou peut être sans fil. La dernière solution étant la plus pratique !

Le robot de tonte est intelligent et est conçu pour éviter les obstacles. Lorsque sa batterie est presque vide, il s’arrête et retourne sur sa station de base afin d’être rechargé. Ainsi, vous n’avez pas à vous en soucier du tout !

Généralement silencieux (maximum de 60dB), le robot tondeuse peut être programmé aux jours et aux heures qui vous conviennent. Vous pouvez par exemple demander à votre robot de tondre l’herbe avant votre arrivée en vacances, s’il s’agit d’une résidence secondaire.

Terminé, le ramassage de l’herbe !

Broyée finement, l’herbe n’a même plus besoin d’être ramassée. Vous voilà débarrassé d’une corvée supplémentaire !

Les micro-organismes présents dans le sol vont se charger de recycler l’herbe. Les minéraux sont ainsi réassimilés par le gazon et agissent comme un engrais naturel.

Cette technique de broyage de l’herbe, appelée le mulching, permet également à la pelouse de profiter d’un très bel aspect.

Une fois les lames réglées à la bonne hauteur, le robot tondeuse coupe l’herbe au fur et à mesure qu’elle pousse. Oubliez les pelouses disgracieuses et pas entretenues ! De plus, les mauvaises herbes finissent par disparaître petit à petit, sans l’aide d’un herbicide, grâce aux tontes régulières. Que du positif donc !

De nombreux avantages

Un robot de tonte est en effet plus cher qu’une tondeuse classique. Mais une fois qu’on l’a testé, son efficacité est telle qu’il devient difficile de s’en passer !

Si vous en prenez soin, le robot tondeuse peut avoir une durée de vie d’environ 10 ans. Pensez donc à le rentrer en hiver afin que la batterie soit préservée du froid et n’hésitez pas à le laver au jet comme une tondeuse classique.

Un robot tondeuse vous apportera de nombreux avantages. Tout d’abord, il est autonome et vous permet de gagner du temps pour vous. Il est également respectueux de l’environnement : il est silencieux, ne pollue pas, a une faible consommation d’énergie et vous permet d’utiliser moins d’engrais et moins de désherbant.

Bref, vous l’aurez compris, le robot tondeuse a tout pour lui !

Zoom : le robot tondeuse RC312 de Robomow

Chez Dedans Dehors, nous tenions à vous présenter le robot tondeuse RC312 de la marque Robomow.

Equipé d’un moteur puissant et d’une batterie haute performance ne nécessitant pas d’entretien, ce robot dispose également de larges roues qui le rendent plus puissant. Le robot RC312 tond rapidement et sur des terrains difficiles, mêmes avec des herbes hautes comme c’est le cas pour la première coupe de la saison.

Les robots de tonte RC de Robomow tondent 1cm au-delà du périphérique extérieur et peuvent gérer des pentes de 36% en toute facilité.

Connecté, le robot RC312 peut être contrôlé grâce à l’application à partir de votre smartphone ou de votre tablette. Les réglages et la programmation du robot peuvent donc être réalisés à distance. L’application peut également vous permettre de mettre en route le robot facilement grâce au guide d’utilisation.

Le robot RC312 est conçu pour tondre et entretenir une surface moyenne de pelouse au quotidien. Il est adapté pour une surface composée d’une zone principale et jusqu’à 3 sous-zones, allant jusqu’à 1200m² au total. Grâce à la programmation, ce robot tondeuse est totalement autonome. De plus, sa base de chargement automatique lui permet d’être toujours prêt à tondre la pelouse.

Vous trouverez plus d’informations techniques sur ce robot tondeuse en cliquant ici.

Robot tondeuse RC312 – Robomow – 1699€.

Categorie: Actualité, Conseils jardinages Tag:
 
20 Jul
Posté par Caroline
   
Comments Off
 

Plusieurs solutions sont possibles pour recycler les tontes de gazon. Bien évidemment, ne les jetez pas ! L’herbe, c’est de la matière organique. En retournant à la terre, votre jardin profite de ses bénéfices !

La solution la plus rapide ? Le mulching !

Qu’est-ce que le mulching ?

Le mulching correspond à une technique de tonte sans ramassage de l’herbe. Une tondeuse mulching hache menu l’herbe tondue pour ensuite la redéposer sur la pelouse.

Plus besoin de vider le bac de ramassage ou de fertiliser le gazon. L’herbe hachée permet de protéger la pelouse contre la sécheresse. De plus, il s’agit d’un engrais naturel et gratuit !

Comment ça fonctionne ? Le profil de la lame et la forme spéciale du carter produisent une dépression d’air à l’intérieur du plateau de coupe, qui transporte plusieurs fois l’herbe coupée entre la lame jusqu’à ce qu’elle soit hachée.

Si toutefois votre tondeuse n’est pas mulching, sachez que vous pouvez l’équiper d’un kit mulching. Il se compose d’un déflecteur, et parfois d’une lame spéciale pouvant être munie de 4 couteaux.

Un bon mulching

Pour réaliser un bon mulching, il faut :

-          tondre un tiers de la hauteur de l’herbe

-          tondre fréquemment (tous les 4 à 6 jours)

-          toujours tondre quand l’herbe est sèche

-          s’assurer que le carter est toujours propre

-          adapter sa vitesse de tonte.

Les avantages

Le mulching comporte de nombreux avantages :

-          30% de gain de temps au niveau de la tonte

-          aspect impeccable de la pelouse : hauteur de coupe basse, coupe de près

-          pas de ramassage de l’herbe

-          fertilisation naturelle de la pelouse

-          entretien plus facile

-          pelouse plus belle

-          pas de stockage de déchets verts

-          humidité du sol préservée

-          protection contre la sécheresse.

Les inconvénients

Cependant, quelques inconvénients sont à prendre en compte :

-          entretien du carter de coupe à chaque utilisation

-          ne fonctionne pas si l’herbe est trop haute

-          tontes régulières (2 à 3 fois par semaine)

-          peu efficace sur l’herbe humide

-          le compost n’est plus enrichit

-          la lame peut être endommagée par des débris végétaux.

Sur notre site Dedansdehors.fr, nous vous proposons quelques tondeuses disposant de la fonction mulching : la tondeuse thermique M51-140WF de la marque Mc Culloch et la tondeuse sur coussin d’air HM110 de la marque Draper. Venez-vite les découvrir !

Categorie: Actualité, Conseils jardinages Tag:
pro blogging
pro blogging
pro blogging
 
pro blogging
Coded by SUV Reviews.
Designed by